PETITE HISTOIRE DES GR

    

Les Ardennes...point d'entrée de grands GR européens

 

  Le plus ancien, le GR 12 (Paris-Amsterdam) a changé d'itinéraire plusieurs fois dans notre département. Le tracé définitif entre dans le territoire ardennais du côté de Le Thour (dans le Porcien) et le quitte au Moulin Manteau près de Rocroi.

  Le GR 14 relie Malmédy en Belgique au réseu des GR du côté de Bar-le-Duc, en passant par Bouillon-Sedan-Grandpré-Varennes.

  Le GR 16 est la continuité du GR 16 belge dans la vallée de la Semois. L'itinéraire a été remanié récemment pour cause de doublon avec le GR 12 C. La partie GR 16 passant par le col du Liry et Braux a été supprimée et remplacée  par l'itinéraire GR 12 C (Champ Bernard-Roc la Tour-les 4 fils Aymon) et rebaptiseé GR 16 à l'occasion et pour rester en cohérence avec la Belgique. ATTENTION....ces modifications sont bien effectives sur le terrain, mais l'IGN ne les a pas encore fait figurer sur ses cartes.

  Le GR 654 a été créé en 1997/1998 pour répondre à la demande des pélerins pour Saint Jacques de Compostelle. Il a une partie commune avec le GR 12 (Amsterdam-Paris) de Moulin Manteau à Hauteville et continue seul via via Château-Porcien et Neufchatel sur Aisne.

  Le GR 122 est une branche du GR 12 qui part de Hauteville et rejoint la Thiérache par Chaumont-Porcien et Maimbresson.

  Rien d'étonnant à trouver des balises blanc-rouge un peu partout.

  D'autres modifications sont prévues sur les GR 654 et 16 pour être en accord avec les projets du Parc Régional des Ardennes.

                                                                                                                                                                    Jean-Marie Serein

                                                                                                                                                

Ardennes à pied

    

      4 ème édition - 06  2017       Réf.  D008   

47 promenades et randonnées de 1 à 4 heures 30 de marche sur l'ensemble du territoire.
"la forêt profonde" (sylva arduina en langue celte), c'est ainsi que Jules César qualifie les Ardennes dans sa Guerre des Gaules. Et c'est en effet une immense forêt au relief quasi montagnard qui, au nord, couvre un tiers du département, refuge de son animal emblématique : le sanglier. Mais les Ardennes, département pluriel, ce sont aussi les fortifications de Rocroi et Sedan, les édifices abbatiaux du Mont-Dieu et de Mouzon, les maisons à pans de bois du Porcien, contrées multiples offrant le plaisire de remonter dans le temps.